Human Enhancement

ASSM » Projets » Archive » Human Enhancement

Les interventions médicales dont le but n'est pas de soigner une maladie, mais de modifier ou d'améliorer des caractéristiques non-pathologiques («Human Enhancement») soulèvent de nombreuses questions éthiques et sociétales. En 2007, l’ASSM avait organisé un forum à ce sujet et en 2008 les Académies Suisses des Sciences ont décidé d'en faire un projet prioritaire.

Entre 2008 et 2012, un groupe de travail dirigé par la Prof. Nikola Biller-Andorno s’est consacré au sujet du «Human Enhancement» en collaboration avec le Centre d’évaluation des choix technologiques (TA-SWISS) et la Commission Nationale d’Ethique dans le domaine de la médecine humaine (NEK-CNE). Le domaine du neuroenhancement a été choisi comme thème prioritaire en raison de son actualité et de sa pertinence pour la santé publique. Le groupe de travail s’est principalement penché sur le rôle de la médecine. Il a sollicité l’étude La signification du neuroenhancement pour les praticiennes et praticiens des domaines de la psychiatrie/psychothérapie et de la médecine de premier recours.

Le rapport «Une médecine pour les personnes en bonne santé? Analyses et recommandations concernant le human enhancement» résume les résultats d'analyses empiriques menées pour la première fois en Suisse et relate des aspects essentiels tels que la délimitation entre la thérapie et l'enhancement ou le rôle du corps médical. Le dernier chapitre contient les recommandations du groupe de travail après quatre années d'activités.

Le rapport s’adresse aussi bien aux spécialistes – en particulier aux médecins, soignants et sociologues confrontés à ce thème –, qu’au grand public. Le «Human Enhancement» constitue un prisme fascinant, à travers lequel se reflètent des questions actuelles et pertinentes relatives à la justice sociale, à l’autonomie de l’individu et au rôle de la médecine. L’objectif de ces réflexions est d’amorcer un débat de société approfondi et diversifié qui permet de réfléchir ensemble à l’évolution de la société et aux priorités à fixer.