Non à l'initiative sur l’interdiction de l’expérimentation animale

ASSM » Éthique » Éthique de la recherche » Initiative sur l’interdiction de l’expérimentation animale

L’initiative populaire fédérale «Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine», déposée le 18 mars 2019, prévoit d’interdire les expérimentations animales et les essais cliniques sur des êtres humains. L’acceptation de cette initiative compromettrait le progrès scientifique, la formation scientifique et la prise en charge médicale en Suisse.

Quel est l’objet de cette initiative populaire? Elle émet des restrictions sévères aux expérimentations animales, aux essais cliniques sur des êtres humains et à l’importation de médicaments. Comme les hautes écoles et de nombreuses autres institutions, l’ASSM met en garde contre l’acceptation de cette initiative. Celle-ci entraverait la recherche fondamentale et appliquée et exclurait toute recherche clinique avec des patients et des sujets de recherche lorsque le médicament étudié est basé sur des expérimentations animales. Cette interdiction concernerait également le commerce, l’importation et l’exportation de produits de tous types et de tous les secteurs, pour lesquels des expérimentations animales ont été menées directement ou indirectement. L’acceptation de cette initiative aurait des répercussions massives sur la prise en charge médicale: la population suisse (et la médecine vétérinaire) devrait renoncer à de nombreux médicaments ou traitements, dont elle bénéficie actuellement ou qui sont proposés dans d’autres pays.

 

Une utilisation responsable des animaux est essentielle

L’utilisation responsable d’animaux dans la recherche, dans le respect de la législation suisse sur les expérimentations animales et après une pesée éthique des intérêts, constitue dans de nombreux domaines une contribution essentielle à la compréhension des maladies et au développement de nouvelles approches thérapeutiques. La législation actuelle impose de limiter les expérimentations animales à l’indispensable, le recours à des méthodes alternatives devant toujours être privilégié. L’ASSM s’engage pour que les expérimentations animales soient réalisées dans le respect de la loi et de l’éthique, par exemple, avec la publication de son guide sur la pesée des intérêts dans les expériences sur animaux en 2017.

 

Dans sa prise de position du 18 mars 2019, swissuniversities met en garde contre l’acceptation de cette initiative. L’ASSM soutient cette mise en garde.


18 mars 2019: swissuniversities met en garde contre l’initiative pour l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine

 

Commission pour l'éthique dans les expérimentations animales (CEEA)

L'ASSM dirige la Commission pour l'éthique dans les expérimentations animales (CEEA) en collaboration avec l'Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT). Il s’agit d’un organe de consultation et d'expertise dans le domaine des expérimentations animales, constitué de membres issus des secteurs de la recherche fondamentale, de la médecine vétérinaire, de la protection des animaux, du droit et de l'éthique. En 2017, la commission a, par exemple, publié les recommandations «Pesée des intérêts dans les demandes pour les expériences sur animaux» comme guide pratique.

 

Pesée des intérêts dans les demandes pour les expériences sur animaux (2017)

 

Vous trouvez ici des informations détaillées sur la CEEA

 

CONTACT

lic. théol., dipl. biol. Sibylle Ackermann Birbaum
Chargée de projets